Mardi 10 octobre 2017

Points experts

ANALYSE CRÉDIT - LES NOUVELLES RÈGLES DU JEU POUR LES DÉTENTEURS DE DETTE OBLIGATAIRE BANCAIRE

Il est loin le temps où les détenteurs de dette obligataire bancaire bénéfi ciaient d’une protection implicite contre la faillite grâce au soutien des Etats et considéraient certaines caractéristiques des dettes subordonnées bancaires comme des « options gratuites » c’est-à-dire obligatoires pour pouvoir se qualifi er comme instruments de capital mais n’étant pas valorisées par les investisseurs car n’étant pas censées être activées. L’Union bancaire a rétabli la discipline de marché liée à la crainte de la faillite avec des expériences concrètes cette année pour les détenteurs de dette obligataire bancaire.

VOUS CONSIDÉREZ AINSI QUE 2017 CONSTITUE UN WAKEUP CALL POUR LES INVESTISSEURS OBLIGATAIRES ?

Tout-à-fait. En juin 2017, les premières applications de défaillances bancaires selon les règles de l’Union Bancaire - mise sous résolution de Banco Popular gérée par les autorités européennes, recapitalisation préventive par l’Etat italien de Monte Dei Paschi et liquidation de deux banques vénitiennes non systémiques Veneto Banca et BP Vicenza avec participation de l’Etat italien - ont clarifi é les nouveaux principes en vigueur. Et la notion de bail-in, c’est-à-dire le principe d’imposer aux créanciers d’une banque en diffi culté la conversion de leurs créances en actions ou la réduction pure et simple du montant de leurs créances, est le principe central dorénavant. Dans les trois cas cités, les dettes subordonnées LT2 et AT1 ont perdu la totalité de leur valeur alors que les LT2 bénéfi cient d’un rang plus senior que les AT1, une surprise pour le marché mais une confi rmation que

... Retrouvez le document en intégralité ci-dessous.

Aude Lerivrain

Responsable de l'Analyse et de la Stratégie Crédit

Nous contacter

Besoin d'informations complémentaires ? N'hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.