Jeudi 12 octobre 2017

Publications

Actifs, nos convictions - Octobre 2017

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous, notre publication "Actifs, nos convictions" qui vous donnera notre vision des marchés et nos scénarios à 3 mois.

  LIRE LA PUBLICATION  

L'Edito : A TOUTE CHOSE MALHEUR EST BON ! (OU PAS)

Lorsque Jean-Baptiste Emanuel Zorg reçoit le père Vito Cornelius dans son bureau* c’est pour le convaincre de l’aider à préserver la vie… en la détruisant. Cette théorie pour le moins surprenante repose sur ce que nous pourrions appeler, à tort, la destruction créatrice. Ainsi, nous explique-t-il, briser un verre engendre, pour le remplacer, une activité humaine et robotique importante pérennisant les emplois et inscrivant notre espèce dans une dynamique positive. Ce sophisme futuriste n’est en réalité que l’écho incertain d’un paradoxe bien connu du 19ème siècle : le paradoxe du vitrier ! Briser un verre ou une vitre crée bien de l’activité mais ne permet pas d’accumuler de la richesse, pire encore l’énergie (ou l’argent) dépensée pour reproduire, à l’identique, ce qui a été détruit épuise des ressources et ne pourra pas être utilisé pour élaborer de nouveaux biens. La société perd alors la valeur des objets inutilement détruits. Cette critique peut évidemment s’étendre à certains indicateurs économiques classiques comme le PIB. Ainsi, les États-Unis risquent d’affi cher une croissance gonfl ée artifi ciellement sur les prochains mois par le passage dévastateur de Harvey, le cyclone aux 143 milliards de dollars de dégâts.
Mais rassurez-vous : il faudra bien plus qu’une catastrophe climatique majeure combinée à des risques de guerre thermonucléaire pour enrayer notre optimisme… à court terme tout du moins. Nos scénarios restent identiques, seules leurs probabilités d’occurrences changent. Le scénario central (60%) de « bonne dynamique de la croissance mondiale » anticipe la poursuite de l’embellie économique sur fond de croissances synchronisées. Dans ce scénario, les actions progresseraient entre 0 et 5% sur les trois prochains mois dans un contexte de normalisation progressive de l’obligataire. Mais comme il ne faut jamais confondre sa chance et son mérite, notre scénario alternatif (20%) fait état de tensions incapacitantes aux États-Unis. Dans ce scénario les actifs risqués s’orienteraient nettement à la baisse et les taux joueraient leur rôle de valeur refuge. Enfi n, notre ultime scénario anticipe l’adoption de la réforme fi scale aux États-Unis (20%). Dans ce contexte les marchés reprendraient leur hausse, dépassant ainsi leur plus haut niveau de l’année. Le dollar, donnée déterminante de la variation actuelle des marchés, ne continuerait à s’affaiblir que dans le deuxième scénario.

(*) Le Cinquième Élément - Luc Besson

 

Analyse crédit: LES NOUVELLES REGLES DU JEU POUR LES DETENTEURS DE DETTE OBLIGATAIRE BANCAIRE

      Par Aude Lerivrain, Responsable de l'analyse et de la stratégie crédit

LIRE L'ARTICLE 

  

Conjoncture macroéconomique :  BANQUES CENTRALES : LA GRANDE NORMALISATION ?

     Par Philippe Weber, co-responsable des études et de la stratégie

LIRE L'ARTICLE 

  

Actions Françaises : UN FONDS PEA POUR UN DISPOSITIF QUI FÊTE SES 25 ANS: CPR ACTIONS FRANCE

     Par Eric Labbé, gérant actions européennes

LIRE L'ARTICLE 

 

Les scénarios financiers à 3 mois à fin septembre 2017

Scénario Central : Bonne dynamique de la croissance mondiale 

Scénario alternatif 1 : Montée de l'aversion aux risques avec des tensions géopolitiques et des tensions politiques internes aux Etats-Unis.

Scénario alternatif 2 : Adoption de la réforme fiscale aux Etats-Unis confortant l'action de la réserve fédérale

Notre prochaine publication paraîtra en novembre 2017. Nos équipes sont à votre disposition pour tout complément d’information. 

Nous contacter

Besoin d'informations complémentaires ? N'hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.